Une approche psychomotrice des émotions

Une approche psychomotrice des émotions

Il y a énormément de théories sur les émotions. C’est un sujet qui passionne les chercheurs de tous horizons. Et ce depuis, longtemps car l’être humain s’est toujours intéressé à mieux comprendre ce qui l’agitait de l’intérieur 😉

Avant de vous expliquer comment la psychomotricité considère les émotions en lien avec le développement de l’enfant, un petit rappel sur cette approche.

La psychomotricité considère l’être humain comme inscrit dans un processus dynamique. Celui de son développement, pendant l’enfance, et de son évolution qui continue à l’âge adulte.

Les émotions sont parties prenantes de cette dynamique qui structure la construction de l’individu, en lien avec la sensorialité, la motricité et les fonctions cognitives.

Ecoutez cet épisode sur le podcast ⤴️
Et si vous préférez lire, voici le résumé :

Les émotions sont développement

La psychomotricité les envisage donc dans une perspective développementale. Les compétences émotionnelles font parties des acquisitions qui jalonnent le développement psychomoteur de l’enfant. Elles se construisent progressivement à travers les expériences émotionnelles qu’il vit et qu’il observe.

Les nouveaux-nés viennent au monde avec une base de compétences émotionnelles. Cela fait partie des outils qu’ils mobilisent pour assurer leur survie, notamment en s’assurant que les adultes répondent à leurs besoins.

Les compétences émotionnelles sont au nombre de 5 :

  1. Identifier ses émotions et celles des autres ;
  2. Comprendre les causes et les conséquences de ses émotions ;
  3. Exprimer ses émotions d’une manière ajustée à la situation ;
  4. Utiliser les expériences émotionnelles pour en tirer des apprentissages et des ressources pour l’avenir ;
  5. Réguler les émotions ressenties en intensité et en durée.

Les émotions sont sensations

La psychomotricité considère les émotions comme ancrées dans le corps, dans la chair. Ou plutôt dans le tonus musculaire.

Si le tonus musculaire correspond à l’état de contraction des muscles au repos ou pour réaliser une action. Alors les émotions ressenties vont influencer ce degré de mise en tension des muscles.

Ainsi les émotions seraient avant tout des sensations. Des messages sensoriels en provenance de l’intérieur du corps et qui nous renseignent sur notre confort vis-à-vis de la situation que nous vivons.

Les émotions sont vécues à l’intérieur du corps et transparaissent à l’extérieur (plus ou moins fort) pour être lues par notre entourage.

Cela fait d’ailleurs partie des compétences émotionnelles de pouvoir contrôler ce qu’on laisse diffuser vers l’extérieur de nos ressentis internes. C’est ce qu’on appelle la régulation émotionnelle (la fameuse gestion des émotions, comme on dit dans le langage courant).

Un nouveau-né en est incapable et c’est bien pour ça qu’il peut hurler et pleurer très très fort 😉 Il n’y a encore aucun filtre d’installé. Tout ce qu’il vit à l’intérieur est envoyé tel quel, brut de décoffrage, vers l’extérieur.

Les émotions sont représentations

Si aux émotions correspondent des sensations, ce n’est pas tout.

L’expérience émotionnelle comprend également des représentations mentales.

C’est la petite voix dans la tête! Celle qui relie les ressentis internes à des images, des symboles, des souvenirs. Celle qui propose des petites explications que l’on se donne à soi-même pour mettre du sens sur ce qu’on vit.

Bien qu’impalpables, les émotions sont ainsi des phénomènes complexes aux multiples dimensions. Il n’est d’ailleurs pas toujours facile de les reconnaître et d’identifier que, le moment venu, nous sommes entrain de vivre une expérience émotionnelle.

Les émotions sont au coeur de la séance de psychomotricité

Une séance de psychomotricité est toujours connotée émotionnellement. Cela fait d’ailleurs partie des outils du psychomotricien de chercher à ce que l’enfant puisse vivre et exprimer des émotions au sein de la salle de psychomotricité.

Une belle manière d’appréhender les émotions, de mettre du sens dessus et d’apporter de la valeur à ce qui se vit dans les interventions.

La séance offre un espace-temps de sécurité et d’expérience, un peu comme un laboratoire pour faire des essais et des erreurs en matière de compétences émotionnelles.

L’enfant peut ainsi s’entrainer et s’outiller pour être mieux équipé, par la suite, lorsqu’il sera confronté à de nouvelles expériences émotionnelles dans sa vie quotidienne.

Le psychomotricien aide l’enfant à élaborer ses émotions à travers le dialogue tonico-émotionnel. Une forme de communication qui engage les corps dans une relation qui dépasse le verbal, et qui comprend tous les signaux non-verbaux dont font partie les émotions.

En résumé

  1. Les émotions s’inscrivent dans le processus de développement psychomoteur de l’enfant.
  2. Elles sont ancrées dans le corps avec pour intersection entre vécu interne et transmission externe, le tonus musculaire.
  3. Elles font partie des outils d’intervention du du psychomotricien à travers le dialogue tonico-émotionnel.
  4. Pour approfondir le sujet, je vous ai concocté toute une formation sur le développement des compétences émotionnelles de l’enfant et comment l’accompagner au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.